toto
Banner Image 1
Banner Image 2
Banner Image 3
Banner Image 5
Banner Image 6
Banner Image 7
Banner Image 8
Banner Image 4

Vous désirez recevoir nos informations ?

Inscrivez-vous ici !

Historique

Avant 1980

Au 46 de la rue de Flandre, une porte moderne conduit à une cour intérieure où s'élève une maison remarquable, classique par son architecture et flamande par sa décoration. Elle doit son nom au buste de la Bellone, déesse de la guerre, qui orne sa façade et commémore la victoire de Zenta remportée par le Prince Eugène de Savoie sur les Turcs en 1697. Construite par l'architecte Cosyn, cette maison rappelle la Maison des Boulangers (Roi d'Espagne) du même architecte, située Grand Place.

Le 17 septembre 1697, Nicolas Bally et sa femme Gertrude de Smeth firent l'acquisition de la parcelle sise 46, rue de Flandre, comprenant un bâtiment à front de rue et une belle maison arrière.
Septembre 1697 est le mois de la bataille de Zenta qu'exalte le chronogramme en façade. Nous ignorons quel métier exerçait Nicolas Bally, peut-être fournisseur aux armées d'Autriche... ce qui expliquerait le relief flagorneur autour du buste de Bellone. La nouvelle façade n'était pas achevée que déjà les Bally vendaient le bien... S'y succédèrent six occupants successifs en moins de cinquante ans. Après cela, on se perd un peu !

La Bellone a été acquise opportunément au début du 20e siècle par la Ville de Bruxelles grâce à Charles Buls. À tour de rôle, y logèrent, y travaillèrent de bien différents locataires. Le poste de police du Vismet y eut une antenne avec cellule pour les arsouilles. On y vit aussi des gymnastes musclés, les poupons d'une maternité. Vint l'époque où la société de l'Ommegang y siéga, y conserva des costumes. Ce fut le lieu de réceptions de tous ordres. Durant l'Exposition de 1958, un estaminet typique fut joyeusement fréquenté dans le bâtiment de gauche. Des statues en plâtre ornèrent les pavés de la cour...

À lire
Bellone, Alchimie d'une maison
Serge Creuz
Editions Racine

1980 > 1994

Quelques dates ponctuent l'histoire de la Maison du Spectacle installée autour de la Maison de La Bellone.

À une époque où bien peu de théâtres archivent les spectacles qui s'y donnent, son fondateur, le peintre et scénographe Serge Creuz, avec depuis le début de l’aventure Anne Molitor à ses côtés, souhaite créer un lieu qui garde la trace du spectacle vivant et qui soit un lieu de rencontre pour tous les professionnels des arts de la scène, un centre vivant. Si l'année 1980 couronne l'ouverture de la Maison par une grande exposition sur la scénographie en Belgique, c'est fin 1981 qu'est, enfin, constituée l'association "Maison du Spectacle".

Pendant dix ans, La Bellone s'animera de plus en plus à travers les expositions (Béjart, Duras, Dario Fo, Trauner, Fellini, le théâtre polonais d'aujourd’hui et Kantor, les symbolistes, pour n'en citer que quelques-unes), les entretiens, les réunions de spécialistes, de créateurs, de critiques, et mettra sur pied un centre de documentation. La Maison s'ouvre durant cette période à des genres très diversifiés de publics: étudiants, spectateurs, amateurs et professionnels.

Très rapidement, d’autres associations rejoignent la Maison du Spectacle, hébergées dans les différents locaux contigus. La Bibliothèque des Arts du Spectacle de la Communauté française, toujours présente aujourd’hui, puis les Rendez-vous Jeunesse Théâtre, un système de choix de spectacles dans différents théâtres à des prix plus que démocratiques, qui seront hébergés pendant une dizaine d’années, la Fédération nationale des compagnies dramatiques amateurs...

En 1988, La Bellone hérite de toute la documentation du CAFFT qui, ajoutée à celle d’ores et déjà amassée, permet de véritablement développer ce qui est actuellement le Centre de documentation théâtre, sous la houlette de Jocelyne Philippekin, qui rejoint l’équipe.

À partir de 1991, les extensions de la Maison permettent l’accueil d'autres associations, dont le dénominateur commun est le spectacle, et d'approfondir sa mission de service : les Midis de la Poésie (toujours présents), mais aussi le Cifas (Centre international de formation en arts du spectacle), Temporalia (association consacrée aux écritures dramatiques), Contredanse, avec son centre de documentation danse (toujours présente), l’agence Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse à ses débuts…

Dans la même foulée, un studio de répétition s'ouvre pour accueillir les compagnies cherchant un espace. Le centre de documentation passe à l'informatique et développe ses spécificités et ses services: né du désir de garder la mémoire, de témoigner le lien entre les spectateurs et la scène, faciliter l'information pratique, développer les contacts avec les centres similaires, voire à plus longue échéance développer des débats de fond.

En 1994, Serge Creuz décide de passer le flambeau, désireux de se consacrer à l'écriture et à la peinture. 1995 verra l'aboutissement d'un de ses rêves : la construction d'un toit au-dessus de la cour qui protège la façade de La Bellone des pollutions et des intempéries et crée une nouvelle extension possible des activités de la Maison du Spectacle.

1995 > 2007

À partir de 1995, la direction est assurée par Anne Molitor, psychologue de formation, et Monique Duren, qui travaille alors au Service culture de la Ville de Bruxelles. Elles définissent leurs missions de la manière suivante: "Le Toit sur la cour, alliant passé et présent, symbolise l'évolution de la Maison. Il est le reflet de l'héritage, du patrimoine reçu et de la philosophie qui régnera dans la Maison et s'y développera. [...] Le but est d'accentuer le décloisonnement: d'une part, favoriser les collaborations, co-productions avec les associations dont les buts complètent ceux de la Maison, d'autre part, installer des ponts entre les individus, créer et susciter des liens qui puissent apporter des regards nourriciers afin que, plus que jamais, la Bellone soit un lieu d'échange de paroles vivantes."

En 1998, Pietro Pizzuti complète l'équipe de direction. La maison prend, c’est le cas de le dire, une autre direction, mais dans un même souci de « service » et déclinant de toutes les manières la Cour, qui est devenue le centre de la maison. Rencontres avec des artistes, forums, réunions, dîners-rencontres, lectures, musiques... d’une maison d’expositions, elle s'oriente vers une maison de débats, de services : le Centre de documentation théâtre, les salles de réunion, la salle de répétition, les rencontres entre artistes et public. Tout cela demande un travail de fond impressionnant.

En 1998 est aussi fondé un magazine voué à tous ceux qui se mettent sans cesse en danger, voué à toutes les familles des arts de la scène. Scènes est ainsi né en décembre 1998, porté d’abord par Danièle Stern, et repris ensuite par Linda Lewkowicz.

En 2005, après neuf mois de travaux, le Bellone Café voit le jour à front de rue, et la Maison est dotée d'un accueil digne de ce nom, dans un couloir entièrement réaménagé.

Sur le plan des associations hébergées, certains partent, d’autres arrivent : Temporalia cesse ses activités, le Cifas et W-B T/D partent s'installer ailleurs... Mais les bureaux des Brigittines seront logés rue de Flandre jusqu’en 2007, Transcultures investira le grenier de la Maison jusqu'en 2008, et le Réseau des Arts, dont La Bellone est membre, installe sa "centrale" dans la maison.

2007 > 2011

De juin 2007 à octobre 2011, Antoine Pickels a dirigé La Bellone. Artiste, intellectuel et "agitateur culturel", il re-définit les missions de La Bellone - vitrine, forum et lieu de mémoire vive des arts de la scène - en mettant l'accent, au point de vue "vitrine", sur les pratiques les plus novatrices et les plus défricheuses, en re-développant, au point de vue "Forum" les questionnements esthétiques, et en recentrant la notion de mémoire sur le passé récent, le présent et la constitution de mémoire pour le futur. Le tout s'inscrivant résolument dans le rapport entre le local et l'international. Le projet est aussi accompagné par des "artistes-conseil" - en 2008 et 2009, la metteure en scène Virginie Jortay et le scénographe Simon Siegmann.

À cet effet, plusieurs outils sont mis en place. Sur le plan des manifestations, la programmation propre est renforcée; les "Chambres d'écho" donnent un éclairage différent sur l'actualité des scènes; les "Composites" offrent une approche plus ludique du spectacle contemporain et brassent les publics; les "Questions au spectacle contemporain" interrogent les pratiques artistiques de manière croisée. Mais La Bellone reste néanmoins partenaire de nombreuses opérations en réseau, y contribuant le plus souvent par des propositions pensées en commun, et reste un lieu d'interface entre le secteur culturel, le politique et la société civile.

L'emploi du studio, en phase avec le profil de la Maison, permet bientôt l'accueil d'artistes en pré-production, qui montrent des étapes de leur travail lors des "Monstrations". Le magazine Scènes devient trimestriel, fusionne avec l'agenda théâtral J'y cours rebaptisé Le Scénique, et change de format. Le Centre de documentation Théâtre développe de nouveaux fonds et outils de recherche, et dispose d'une petite librairie et d'une vidéothèque: nouvelles mutations de La Bellone, qui en verra sûrement bien d'autres...

Ce développement des activités requiert un redéploiement de l'équipe dans l'espace utile. Plutôt que d'accueillir de nouvelles associations, une logique d'accompagnement de projets se met en place: La Bellone assure ainsi en 2008 la production déléguée du Marathon des Mots, et conçoit à partir de juillet 2009 le programme "Cifas (suite...)" en partenariat avec le Centre des arts scéniques.

CE QU'EN DIT LA PRESSE
MARS 2015

- Personnalités
- Spectacles
- Cies, théâtres, lieux
- Politique culturelle
- Nominations, festivals, formation, prix, autres arts, et encore...

ARCHIVES

CENTRE DE DOCUMENTATION THÉÂTRE
- Intervenants
- Spectacles
- Lieux de représentations
- Festivals
- Compagnies belges
- Guide d'adresses

SAISON THÉÂTRALE 13-14
Les intervenants
- Comédiens
- Auteurs
- Metteurs en scène
- Scénographes

Dans les théâtres de Bruxelles et Wallonie, ce soir...
ADDE Fabrice - ANOUMON Jean-Baptiste - BAGDASSARIAN Serge - BAHAID Saïd - BAUX-GODARD Angèle - BAYSER Clotilde de - BÉART Emmanuelle - BEAUPAIN Anne - BODSON Claire - BONJEAN Sandrine - BOS Marie - BOUILLOT Cécile - BRAHIM Suliane - BRAHY Sarah - BREUER Jean-François - BRUNO Iacopo - BUSETTA Fabien-Aïssa - CAIRATY Océane - CELESTINI Ascanio - CERVINKA Anna - CHARLIER Coline - CLÉMENT Pauline - COLEMYN Virginie - COMPAGNUCCI Vanessa - DAILLER Jeanne - D'AMELIO Laurence - D'ANNA Adrienne - DAWLAT Camille - DE BAERE Delphine - DE CANDIDO Emmanuel - de COSTER Yannick - DE MICHELE Martine - DE OLIVEIRA Victor - de PASCALE Alessandro - DE PROOST Kristien - DEGAND Laurie - DEL RIO Maria - DELAHAUT Dolorès - DELBECQ Céline - DELERS Perrine - DEMOULIN Serge - DESEURE Jo - DJAFERI Salim - DUBELSKI Richard - DUROISIN Julie - EL FEKKAK Boutaïna - FAUTRÉ Laura - FENOCCHI Stéphane - FLORIN Cécile - FRISON Jean-Claude - GAHIDE Bernard - GAUTHIER Gwendoline - GÉNOVÈSE Eric - GEORIS Bruno - GILLARD Françoise - GONZALEZ Thomas - GRAND'HENRY Philippe - GUÉGAN Yannick - GUILLAUME Emmanuel - HAMIDOU Ben - HARKAY Olivia - HEBBORN Sarah - HÉBRANT Marie-Noëlle - HENNEBICQ Vincent - HOEDT Arnaud - ITALIANO Francesco - JANSSENS Benoît - JEUSETTE Philippe - KIRILUK Florian - KUREVIC Valérie - LABRUYÈRE Aurélien - LAFITTE Laurent - LE BORGNE Olivier - LE FAOU Julia - LEDUNE Stéphane - LEJEUNE Gaëtan - LENGLET Alain - LEPOIVRE Elsa - LOOP Anne-Marie - MAHAUX Aline - MARAUSSE Glenn - MARDER Rebecca - MC CORMICK Léonil - MENIER Christophe - MERGOLA Aurelio - MONTES Bastien - MOSSOUX John-John - MOUCHEL Luce - NANEIX Florelle - NATRELLA Laurent - NKUSI Nancy - ONRAEDT Taïla - PALLARO Violette - PENNING Nathalie - PERCY Xavier - PEREDEREJEW Sylvie - PÉRILLEUX Valentin - PIMONT Hélène - PIRAULT Arnault - PIRON Jérôme - PODALYDÈS Denis - POUCET Pierre - POULY Jérôme - RACAN Pascal - REGOUT François - RÉMOND Marie - RENARD Laurent - RENESSE Joséphine de - RENIER Yannick - ROSSION Jean-François - ROUSSEAU Ariane - SADJO Babetida - SANGARE Bakary - SAUTON Olivier - SAUVAGE Laurent - SCHMIT Sébastien - SEBILLE Sébastien - SICARD Julie - SIPÉRIUS Consolate - SIVERS Alexandre von - SOTTIAUX Marie - STELLA Pablo - SYLVAIN Anne - TEMPELS Emilienne - TESTA Sarah - TORRINI Benjamin - TROCKI Alexandre - UFFNER Nathalie - VAN GRUNDERBEECK Luc - VAN HYFTE Blanche - VAN KEULEN Raphaël - VAN LIPPEVELDE Carine - VANDERSMISSEN Nathanaëlle - VERHAERT Benoît - VERJANS Simon - VILLÉE Michel - WEISS Marc - WETZEL Marthe -

liste détaillée: ici

AU THÉÂTRE CE SOIR
(Bruxelles et Wallonie)

14 JUILLET
THÉÂTRE UNIVERSITAIRE ROYAL DE LIÈGE

ALMANACH
ÉMULATION EUROPE / LIAISON

AU COURANT
THÉÂTRE VARIA

BONTÉ DIVINE
THÉÂTRE DE LA VALETTE

C'EST QUAND LA DÉLIVRANCE ?
LES CHIROUX - CENTRE CULTUREL DE LIÈGE

LA CONVIVIALITÉ
THÉÂTRE DE LIÈGE

LA COURSE
LA CITÉ MIROIR

DÉPAYSEMENT
THÉÂTRE NATIONAL - WALLONIE-BRUXELLES

DESTIN
CENTRE CULTUREL DES RICHES-CLAIRES

LA DISPARITION DES LUCIOLES
THÉÂTRE DE LIÈGE

LES ENFANTS DU SOLEIL
THÉÂTRE DES MARTYRS

L'HÔTEL DE LA DERNIÈRE CHANCE
MAGIC LAND THÉÂTRE

HUIS CLOS
THÉÂTRE DES MARTYRS

JE PRÉFÈRE QU'ON RESTE AMIS
COMÉDIE CENTRALE DE LIÈGE

LE JOUR, ET LA NUIT, ET LE JOUR, APRÈS LA MORT
THÉÂTRE LES TANNEURS

LEBORGNE TO BE ALIVE
THÉÂTRE JARDIN-PASSION

LE MARIAGE DE LILA OU LE CHAOS URBAIN
CHAPITEAU - COMMUNE DE MARCINELLE

LA MONTAGNE
LA HALTE

LES MURS MURMURENT
LE BOSON

ORGASME ET VIOLON (PETITES PIÈCES DRÔLES ET CRUELLES SUR L'ART DE SE PASSER À CÔTÉ)
CENTRE CULTUREL DES RICHES-CLAIRES

PAR LES VILLAGES
THÉÂTRE OCÉAN NORD

LES PÉTASSES
TTO - THÉÂTRE DE LA TOISON D'OR

POP CORN
THÉÂTRE LE PUBLIC

QUE FAIRE ?
THÉÂTRE LE PUBLIC

LA RIVE
THÉÂTRE NATIONAL - WALLONIE-BRUXELLES

SILENCE EN COULISSES
THÉÂTRE ROYAL DES GALERIES

SOUS LA ROBE
CENTRE CULTUREL DE CHAPELLE-LEZ-HERLAIMONT

LES TAPIS DU VATICAN
THÉÂTRE DE LA FLÛTE ENCHANTÉE

TU TE SOUVIENDRAS DE MOI
THÉÂTRE LE PUBLIC

ZAZIE DANS LE MÉTRO
THÉÂTRE ROYAL DU PARC