toto
Banner Image 1
Banner Image 2
Banner Image 3
Banner Image 5
Banner Image 6
Banner Image 7
Banner Image 8
Banner Image 4

Vous désirez recevoir nos informations ?

Inscrivez-vous ici !

Regards croisés sur les arts du spectacle à Bruxelles


Téléchargeable ici, en français ou en néerlandais

Une étude qualitative et transversale
Réalisée à la demande de la Ville de Bruxelles par Antoine Pickels et Guido Minne - Janvier 2003

Une analyse de la situation des arts du spectacle, à savoir les différentes formes de théâtre, la danse, l’art lyrique, le cirque et les arts forains ou de la rue, ainsi que les formes mêlant ces différentes disciplines. Vu les réalités du terrain, cette étude ne s’arrête pas aux limites de Bruxelles-Ville, et concerne donc les 19 communes de l’agglomération.
Les sources suivantes furent utilisées: premièrement, une série de textes, études, enquêtes, articles, déclarations de politique culturelle et chiffres fournis par les différentes autorités compétentes, parus les dernières années et concernant de près ou de loin le secteur bruxellois, documents dont ont été tirés une analyse et une synthèse ; deuxièmement, un questionnaire, établi avec le conseil de spécialistes, adressé à toutes les structures actives dans le secteur des arts du spectacle entre 1999 et 2001, questionnaire comprenant des questions relatives à l’identité des structures, à leur activité, aux difficultés qu’elles rencontraient, et à leur opinion par rapport à une série de “bonnes ou mauvaises idées” apparues les dernières années, leur laissant par ailleurs la possibilité de suggestions ; les questionnaires renvoyés furent analysés en profondeur ; troisièmement, trois tables rondes intersectorielles, réunissant des protagonistes du secteur de différentes obédiences, au cours desquelles furent abordées les questions qui correspondent aux missions du pouvoir local, soit les services aux créateurs, les questions d’infrastructures et d’urbanisme, et les actions vis-à-vis du public.

Le questionnaire fut envoyé aux 322 structures francophones et/ou néerlandophones identifiées à Bruxelles. En attendant les réponses, et pendant l’encodage de celles-ci, la lecture et l’analyse des documents précités donna lieu à une “première approche” de 90 pages (bien remplies) qui fut présentée à la profession, et diffusée à 200 exemplaires – auprès des structures qui avaient renvoyé le questionnaire, et du personnel des institutions qui nous avait aidé dans nos recherches d’abord. Les lecteurs y étaient appelés à faire part de leurs commentaires, questions, et à corriger les erreurs. Suivirent, immédiatement après, les trois tables rondes, réunissant au total 21 personnes, artistes ou responsables de structures. Nous dûmes mettre un terme à la réception des questionnaires. 95 réponses nous étaient parvenues, dont 19 provenant de structures néerlandophones, et quatre de structures “ bi-communautaires ”. Cette base de données fut analysée à travers une centaine de questions “ croisées ”, en fonction des problématiques apparues lors de l’analyse des textes, lors des tables rondes et dans les suggestions jointes aux questionnaires. Le résultat de cette analyse, mêlé à ce qui était apparu dans les tables rondes et les suggestions, a servi à éclairer, c’est-à-dire éclaircir, nuancer, contredire ou appuyer ce qui était ressorti de la lecture des textes et des chiffres, et à dégager une série de suggestions qui concernent soit les pouvoirs locaux (dont le commanditaire), soit les autres pouvoirs publics opérant sur Bruxelles, soit le secteur lui-même.

Le document final se présente sous la forme d’un atlas, en quatre parties ou chapitres. Cette nomenclature a permis d’éviter les habituelles catégorisations et d’approcher la question de manière véritablement transversale et dynamique, en faisant fi des habituelles divisions liées aux Communautés, aux disciplines ou aux styles. Chacun des chapitres fondés sur l’analyse des textes est suivi d’un éclairage reprenant les informations recueillies auprès du secteur, et des suggestions auxquelles nous avons été amenés. Le premier chapitre, Géographie physique, examine la manière dont les arts du spectacle se manifestent dans la ville à l’amateur et au praticien ; le deuxième, Géographie politique, tente de décrire la manière dont les différents pouvoirs publics compétents opèrent sur ce territoire donné, en dressant des cartes qui se superposent ou s’opposent ; le troisième, Géographie humaine, aborde les philosophies à l’œuvre dans les conceptions du public, du créateur et de l’organisateur ; enfin, le quatrième, Activité de la population, analyse les modes de création et de production, la présentation des spectacles, et les activités qu’ils génèrent autour d’eux. Une introduction en forme de zoom avant et une conclusion… en forme de zoom arrière, bien sûr, flanquent ces quatre chapitres.

CE QU'EN DIT LA PRESSE
MARS 2015

- Personnalités
- Spectacles
- Cies, théâtres, lieux
- Politique culturelle
- Nominations, festivals, formation, prix, autres arts, et encore...

ARCHIVES

CENTRE DE DOCUMENTATION THÉÂTRE
- Intervenants
- Spectacles
- Lieux de représentations
- Festivals
- Compagnies belges
- Guide d'adresses

SAISON THÉÂTRALE 13-14
Les intervenants
- Comédiens
- Auteurs
- Metteurs en scène
- Scénographes

Dans les théâtres de Bruxelles et Wallonie, ce soir...
CHOUPAY Morgane - D'AMELIO Laurence - FAUCONVAL Gauthier de - GODISIABOIS Laure - HINDERYCKX Michel - HUGO Nathalie - LEMAIRE Brieuc - PIGEOLET Pierre - RACAN Pascal - ROGÉ Florine - ROMERO Pedro - SAUSSUS François - VAN VYVE Stéphanie -

liste détaillée: ici

AU THÉÂTRE CE SOIR
(Bruxelles et Wallonie)

APRÈS LE CRIME
CHÂTEAU DU KARREVELD

BELLES DE NUIT
THÉÂTRE AU VERT

LE PRÉNOM
THÉÂTRE ROYAL DES GALERIES

UNE SEMAINE, PAS PLUS
COMÉDIE CENTRALE DE LIÈGE