© D.R.

LES PETITS GOÛTERS DE LA POÉSIE
Moni Wespi & Lucia Gerhardt

Le 18 mars - 14:00 à 16:00

Co-production Midis de la poésie / La Bellone
Avec le soutien de la Ville de Bruxelles / Curiocity
Avec la collaboration de Pauline Rauzy de Heyday

Moni Wespi et l’équipe de  'Moving Portraits' sont heureux de vous accueillir à un moment de rencontre intime et spontanée pour un petit aperçu de la création d’un portrait. 
L’ idée: inviter la population à faire partie, le temps d’un goûter, du processus créatif 'Photostudio' lié à l’Exposition des PORTRAITS MOBILES.
Nous vous invitons à vous inscrire à ce petit goûter poétique en tant que célibataire, femme, homme ou famille, de 1 à 100 ans.
Vous participerez à un portrait de famille nouvellement créé pour l’occasion, où les membres seront mis ensemble par des associations spontanées et arbitraires. Il s’agira de vivre un moment intime où chacun sera invité à réfléchir sur les possibilités illimitées d’une famille et de ses membres.

Les participants recevront une photographie comme trace de l’après-midi.

Entrée 3€ adulte - 2€ enfant - réservation indispensable

 

© D.R.

C'EST AUJOURD'HUI LE 8 MARS ! (III)
Just For The Record & Caroline Godart
Le 22 mars - 17:00 à 22:00

En partenariat avec Just For The Record & Médor. 
Accessible to english speakers & toegankelijk voor Nederlandstaligen.

Cette année, La Bellone a choisi à la fois de célébrer et de remettre en question la journée Des droits des Femmes souvent nommée La journée de La femme dans les médias... Qui est cette femme? Et pourquoi une seule journée? Répondant à cette absurdité par une autre, nous avons décidé d’organiser un évènement-accordéon réparti sur trois dates, dont nous pouvons dire de chacune, «C’est aujourd’hui le 8 mars!» comme nous pourrions dire «C’est elle, c’est la Femme!»

MEMORY FACTORY

Pour ce troisième volet, nous avons invité le collectif Just For The Record à  présenter conjointement un événement et un atelier à même d’envisager la mémoire collective, de notre quotidien et en ligne, dans une perspective féministe. De qui nous remémorons-nous et de quelle manière se façonne notre vision de la société, celle du passé et celle du présent ? Nous porterons plus spécifiquement notre attention sur le champ des arts de la scène et de ses représentantes en Belgique pour y trouver des réponses et nourrir la plateforme Wikipédia.
Cette soirée sera l’occasion de mieux décrypter ce que nous retenons de notre société et la manière dont nous souhaitons la consigner. Caroline Godart mènera une réflexion sur l’oubli des femmes dans la civilisation occidentale et sur Internet. L’évènement est ouvert à tous, mais nous vous encourageons à vous inscrire ici info@justfortherecord.space et de vous munir de votre ordinateur portable lors de la soirée.
Just For The Record est un collectif bruxellois questionnant la représentation des genres dans les nouveaux médias et les outils d’écriture/de partage du savoir tels que Wikipédia, et l’influence de cette représentation sur l’écriture de l’histoire et du savoir.

Entrée libre - réservation souhaitée

 

© D.R.

DANCING AGES - MOVING PORTRAITS
Moni Wespi
Du 23 mars au 22 avril - opening le 23 mars - 17:00 à 19:00 avec DJ Aldo

Cette expo fait partie de la programmation Brussels, dance!

Pour sa première exposition à Bruxelles, Moni Wespi a décidé de développer une série de portraits qui se focalise sur les personnes âgées.

DANCING AGES aborde la thématique des frontières entre les âges, et trouve des liens pour changer délicatement le regard que nos sociétés portent sur ce groupe de personnes. Ce travail artistique donne l’opportunité aux personnes âgées de rentrer dans un décor construit pour eux, de s'habiller et d’être mises en scène (chorégraphiées) de façon particulièrement respectueuse. 

Tout ceci dans le but de mettre en évidence leur beauté et leur sensualité toujours présentes. Ce projet, né de l’association d’une collaboration entre l'artiste Moni Wespi et la vidéaste Lucia Gerhardt, veut avant tout voyager à travers l’univers spécifique des personnes âgées en dansant dans un paysage créé pour déplier leurs personnalités. Ces moments précieux d’intimité, de rapport aux mouvements sont transformés et présentés en MOVING PORTRAITS. Sous forme d’installation, l'artiste vous invite à entrer dans cet univers abstrait et sans règles de temps, d’âge et de mouvement.

MOVING PORTRAITS est un projet pluridisciplinaire, à la fois chorégraphique, plastique, multimédia, et socioculturel. Un geste contemporain pour saisir ces moments fragiles qui évoquent notre relation à l’identité. L’enjeu est de transformer cette recherche et ces impressions à travers une série de photographies mises en scènes et animées.
Cette démarche est liée au plaisir de réinventer - au temps du selfie - une idée de studio ambulant, des pratiques et mises en situation proches des photos-studios d’antan. Réinventer les rituels des photos de famille en studio.
Les MOVING PORTRAITS captent ce qui est déjà présent chez les modèles, en l’accentuant par la mise en scène. La caméra enregistre et regarde avec pudeur, tendresse, et avec une délicate touche d’humour, l’envers ou l’endroit de ce phénomène que nous appelons identité.

Entrée libre

 

© D.R.

ALTERNATIVES THÉÂTRALES
Lancement du numéro 131: Écrire, comment ?
Le 24 mars
- 17:00 à 19:00

Concevoir, rédiger, composer, adapter, citer, copier-coller, chorégraphier, improviser, diriger, au plateau ou en chambre, avec ou sans ambition littéraire, dans une perspective pluri- ou trans-disciplinaire, dans un processus solitaire ou collectif, en mots, en sons, en images, en corps... Comment écrit-on pour la scène aujourd'hui ?
Pour en parler et pour répondre à cette question, Nancy Delhalle et Antoine Laubin s'entretiendront avec Jean-Marie Piemme, Claude Schmitz, Catherine Daele et Simon Thomas.

Dans ce numéro: Le Collectif Berlin, la Compagnie 14:20, Marjorie Bertin, Roberto Bolaño, Julie Bordenave, Axel Cornil, Joseph Danan, Nancy Delhalle, Thomas Depryck, Frédéric Dussenne, Louise Emö, Emmanuelle Favier, Rodrigo García, Julien Gosselin, Lazare Gousseau, Benoît Hennaut, Marie Henry, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, Christian Jade, Christiane Jatahy, Antoine Laubin, Frederik Le Roy, Angélica Liddell, Veronika Mabardi, Caroline Marcilhac, Sylvie Martin-Lahmani, Laurent Mulheisen, Philippe Noisette, Pier Paolo Pasolini, Arnaud Pirault et Clément Thirion, Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel, Milo Rau, Vincent Romain, Alessandro Sciarroni, Claude Schmitz, Christophe Triau, Laurence Van Goethem, Ivo van Hove, Krysztof Warlikowski. 

Entrée libre

 

© D.R.

PASSA PORTA FESTIVAL
Jean-Baptiste Del Amo & Marcus Malte / Maylis de Kerangal & Emmanuel Noblet
Le 25 mars
- 15:00 à 18:00

La Bellone renouvelle sa collaboration avec Passa Porta en accueillant l'édtion 2017 de leur festival.

15h30-16h30: Jean-Baptiste Del Amo et Marcus Malte (interview par Ysaline Parisis). 
Le premier a écrit Règne animal, le second Le garçon. Deux romans très remarqués de la rentrée littéraire. Une même force vitale, (quasi) animale, unit leurs deux livres. Les deux auteurs se rencontrent pourtant pour la première fois. 

17h-18h: Maylis de Kerangal et Emmanuel Noblet (interview par Jérôme Colin, sous réserve).
L'adaptation théâtrale par Emmanuel Noblet de Réparer les vivants (Verticales, 2014) de Maylis de Kerangal est un grand succès, en France comme en Belgique. Auteur et metteur en scène échangeront sur la problématique de l'adaptation.

 

RÉSIDENCES

 

© D.R.

CÉLINE OHREL
Beyond The Uncanny Valley

Du 13 mars au 8 avril

Cette résidence est le résultat d'une collaboration avec le CED.
Le roboticien Masahiro Mori a inventé la notion de 'vallée de l’étrange' (Uncanny Valley) dans les années 70. Celle-ci désigne le fait que, lorsqu’un objet ou créature non-humaine atteint un certain degré de ressemblance anthropomorphique, apparaît une sensation d’angoisse et de malaise chez l'être humain, qui pourrait disparaître si l'illusion de ressemblance devient de plus en plus 'vraie'. 
Sur Facebook circule en ce moment un article qui parle de Bob et Alice, deux IA (intelligence artificielle) qui ont réussi à 'communiquer' entre 'elles' sans que ni leur créateur informaticien ni l'IA créée pour les surveiller (nommée Eve) ne les comprennent.  
Thomas Edison, pionnier de l'électricité, imagine début du XXième siècle des machines nécrophoniques pour communiquer avec les morts et capter leur énergie électrique.
Pourra-t-on faire revivre les morts grâce à la technologie numérique? Dans son livre Mémoire et immortalité au temps du numérique Fiorenza Gamba questionne les nouveaux rituels virtuels sur le net  (blog sanctuaire, tombe virtuelle, messagerie funéraire...). 
À quand la naissance de nos avatars post-mortem, c'est à dire à quand la naissance du zombie virtuel? Quel nouveau monde s'ouvre à nous 'au-delà' de la vallée de l'étrange? La virtualisation numérique mène-t-elle à une mortification ou  à une extension du vivant? Serons-nous plus humains qu'humains ? 
À partir de ces questions qui me mènent à d'autres questions, je voudrais essayer d'écrire une pièce en deux actes simultanés où les morts communiquent avec les vivants.  
C'est le soir du solstice d'hiver, il fait froid, les feuilles des arbres tombent. Ce soir on fête les morts chez Bob et Alice. C'est un soir pas comme les autres car c'est la première fois que la famille se retrouve après 'L'accident mortel'. C'est comme ça qu'on parle de ce qu'il s'est passé. Il y a eu un accident mortel. À 20h30, tout le monde doit se retrouver via l'interface 'Halloween Together' pour célébrer les disparus, après les infos. Depuis quelques jours, des images inquiétantes circulent sur une guerre probable et imminente.


 

© D.R.

ÉMILIE MARÉCHAL & CAMILLE MEYNARD
Fight

Du 20 mars au 2 avril

Pendant deux ans, nous avons écrit nos propres histoires d'enfants, nous avons récolté des récits de père et enfant de différents âges et différentes cultures, nous en avons filmés. Camille a retrouvé des images d'archives de sa propre famille, 40 ans d'histoire.
Nous avons commencé à élaborer une forme où trois histoires de père/enfant se frottent, trois histoires mêlant le documentaire et le réel à la fiction, le cinéma au théâtre et où mythes et héros côtoient des personnes ordinaires, à trois époques de vies symboliques: adolescence, adulte et vieillesse.
Nous avons ensuite mis à profit nos différents corps de métier - metteure en scène/comédienne et réalisateur - pour imaginer un dispositif scénique mobile, adapté à la fois aux images projetées et au théâtre, un dispositif innovant permettant de théâtraliser et spatialiser les images, concilier la scène avec le cinéma documentaire.
Nous avons invité Will Guthrie, performeur-batteur, à lier et accompagner les parties, sur scène, en improvisation constante. La batterie est l'énergie, l'âme du plateau, la frappe, la puissance physique, la bataille d'un corps qui lutte pour rester debout. Nous ont également rejoints les comédiens Christian Crahay et Simon André. Arié Van Egmond signe la lumière et la scénographie, en collaboration avec Sylvain Descazot.
Au travers de ces histoires, avec au centre la relation père/enfant, FIGHT est un hommage au père. Père puissant, mythe qui combat; père fragile, humain et alité; père mort, disparu: nous traversons les fictions et vies réelles pour questionner et regarder le père, notre père.