PROGRAMME
16   mars   > 4   avril   2020
TROIS POUR CENT SAUVAGES
Rachel Simonin

23   mars   > 4   avril   2020
QUAND L’OBSCURITÉ SE POSE SUR NOUS LA NUIT UNE BRISE DE BEAUTÉ SE LÈVE - ETUDES DE NUIT
Bastien Mignot

30   mars   > 24   avril   2020
LE GRAND SAUT (TITRE PROVISOIRE)
Julie Gouju

1   avril   2020
BASTIEN MIGNOT & JÉRÉMY DAMIAN

2   avril   2020
BASTIEN MIGNOT

2   avril   2020
RACHEL SIMONIN

3   avril   2020
RACHEL SIMONIN

22   avril   2020
APNÉE
Rémi Pons

23   avril   2020
JULIE GOUJU

27   avril   > 1   mai   2020
MODULE DRAMATURGIQUE AVEC CAMILLE LOUIS

27   avril   > 2   mai   2020
COCHEMAR
Consolate Sipérius

29   avril   2020
L'OURS KINTSUGI
Victoire de Changy & Marine Schneider

4   > 16   mai   2020
LÉGENDE
Lorenzo De Angelis

14   mai   2020
LORENZO DE ANGELIS

15   mai   2020
LORENZO DE ANGELIS

20   mai   2020
TOU•TE•S NU•E•S ET TOU•TE•S BRONZÉ•E•S

1   > 27   juin   2020
MEDIARE
Flore Herman

1   > 27   juin   2020
COCHEMAR
Consolate Sipérius

10   juin   2020
PENSER/COPIER/CLASSER/COLLER
Pauline Allié & Maud Marique

26   juin   2020
CONSOLATE SIPÉRIUS


Lettre d'information
Votre Email:

Benoît HAMBÜCKERS  (B)

Journaliste belge.

44 articles de presse

Pour les notices détaillées des articles, cliquez ici

1993 RIDEAUX BRISÉS. Quand on touche enfin la ligne d'un horizon rêvé : "C'était bien".
1992 JAMAIS SANS MON ACCOMPAGNATEUR ! L'argument d' " Un Suédois ou rien " ne manque pas de sel, mais...
1992 NOLFKE, GNESKE ET RASKE. Vu de l'Ilôt sacré, " L'école des femmes " peut surprendre. Mais l'on s'amuse de tant de naturel.
1991 L'AMOUR PERDU DE CHARLOTTE STEIN. Dans "Conversation chez les Stein sur monsieur de Goethe absent", l'émouvante interprétation de Christine Gagieux élabore une frémissante osmose avec le beau texte de Peter Hacks.
1991 SOL, MISSILE LINGUISTIQUE.
1991 CIEL GRIS SUR KAWABATA. "Le maître de Go", adapté par Philippe Faure, prolonge sans génie une réflexion peu théâtrale dont l'originalité ne s'impose pas à nos yeux étrangers.
1991 L'ENNUI DANS LES CHAMPS DE COTON. Sur mode braillard, "Le pilier" d'après le turc Yachar Kemal s'agite pendant près de trois heures à communiquer la douleur de destins tragiques. Friture sur la ligne.
1991 DES LÉZARDES SUR LA BANQUETTE. Un peu comique, un peu tragique, "En route pour la mer Noire", décline honnêtement le huis clos voyageur de deux passagères plus fragiles que leur image.
1991 DES QUOTIDIENS CROISÉS. "Les trompettes de l'amour" de Bernard Cogniaux n'inventent rien. Mais elles n'engendrent aucune mélancolie et bouclent une heure amusante non interdite d'émotions.
1991 UN OISEAU AU BORD DE L'ABÎME. Dans une aura de ferveur, Julein Roy est "Nijinski ou le fou de dieu", celui qui lance un cri en lisière du gouffre.
1991 MORT D'UNE GRÉE SUR LE SABLE.Bordée d'humour et d'étrangeté, "Les enfants de la truie" sort d'un obscur tiroir mythologique un couple sidéral et terriblement attachant.
1991 CECI N'EST PAS UNE PIÈCE DE THÉÂTRE." L'Apparition " s'essaye à la démonstration.
1991 LE BESTIAIRE FANTASTIQUE DU TEATRO O BANDO. Dans une caverne pétaradante d'inventions, la compagnie portugaise illumine l'émouvante poésie des " Bichos ".
1991 DES SOEURS SUR L'ECRAN.
1991 DES INVITES AUX GRANDS AIRS. "Ceci n'est pas vraiment un déjeuner sur l'herbe" effiloche son étrangeté dans l'indifférence du spectateur
1990 UN SOUPER FADE. Une "Sonate des spectres" dont l'interprétation en manque de chair humaine prive le texte d'August Strinberg d'une partie de son impact.
1990 L'ARGENT DE LA VIEILLE. Dans l'espace clos d'une maison délabrée, "Lady Strass" joue avec le temps et ses hôtes. Mais l'écriture d'Eduardo Manet ne fait pas décoller le projet
1990 SANG BLEU, SANS ESPOIR. "Pour les beaux yeux de Grassoupov" : peau de banane et texte simplet.
1990 CHEZ DES HOMMES EN BLANC. "Léon, 20h 30" décortique avec précision et sensibilité les longs rapports d'un jeune accidenté avec le milieu médical.
1990 À LA CHAPELLE DES BRIGITTINES. Tchékov, sans sel. "Tchékovania" s'inspire de plusieurs pièces de l'auteur russe. Le résultat : un divorce patent avec les ambitions annoncées.
1990 ZOLA À SAINT-PÉTERSBOURG. À la Chapelle des Brigittines. Une adaptation de Crime et Châtiment trop superficielle dans sa dimension psychologique.
1990 UNE OEUVRE INTERIEURE. Une émouvante et belle mise en scène de "Port-Royal" de Montherlant qui restitue avec justesse le destin de femmes entre leur foi et l'autorité
1990 UNE CONSCIENCE ASSIÉGÉE. Dans "Montserrat" d' Emmanuel Roblès, deux excellents comédiens (Jean Reno et Yves Benneyton) habitent avec émotion la lutte mortelle de deux hommes au coeur d'une Amérique latine alors espagnole.
1990 METAL-NIK. " La Nik à Wet " met en scène un âge du fer surréaliste.
1990 EN INSTANCE DE SUICIDE. "La vie Meeerveilleuse de Sarah Epstein", ou comment s'en sortir quand on a tout raté.
1990 SOURIRE DE SOURIS. "Quand le chat n'est pas là! "
1990 DES MOTS SOUS INFLUENCE. Bruno Coppens s'investit dans nos vocabulaires. Il en rapporte des dividendes inattendus et même poétiques. Effet secondaire immédiat: notre admiration pour ses "Mar'mots" sagaces et déridés.
1990 THÉO VAN GOGH, DESTINATAIRE. " Van Gogh : Vincent ", hors du mythe, vie et mort d'un artiste.
1989 LES CONVENTIONS DECAPITEES. Trop confiante dans l'impact burlesque et débridé d'Ionesco, la mise en scène de Roland Ravez cantonne son "Tableau" dans un halo d'à-peu-près
1989 CARMEN, LUEUR D'ESPOIR. Histoire d'un sourire fulgurant, Sainte-Carmen De Montréal, drape subtilement sa gravité s'insouciance
1989 LA NOTION D'URGENCE. " Requiem pour un landau " et " Noce " ou quelques idées inquiétantes sur les goûts du public.
1989 UNE FEMME SOUS INFLUENCES. Dans "Arousseya, fille de Georgette et d'Abdallah", Sabra Ben-Arfa explore les deux po^les à l'oeuvre dans son être. Une déchirure vue du coeur.
1989 BESSIE SMITH, SANS PASSION. Sur toile de fond raciste, la pièce présentée par l4eden Compagnie agence un huis clos animé de destins intéressants, mais servis trop fades.
1989 SOLUTIONS EXOTIQUES. Les comédiens des Galeries emmènent "Chérie Noire" dans la charmante drôlerie d'un conte de fée
1989 INSTANTANES D'UNE CELLULE. Dans "Je suis désolée", Véronique Castanyer théâtralise avec précision des bribes de quotidien familial. D'une peau à l'autre
1989 LE SENS INTERDIT. L'obscur théâtre crypté de "Toll" s'englue dans une farce grotesque
1988 CRÉATION THÉÂTRALE, CÔTÉ COUR. Deux auteurs, un texte : récit d'un combat amusant.
1988 DIALOGUES DE " SQUARE ", PLUS STATIQUES SUR SCÉNIQUES. Du roman " Le Square " écrit en 1955, Marguerite Duras a rédigé une version théâtrale mise en scène par Yvan Baudouin
1988 LA NOSTALGIE DU CONSERVATEUR. Inspiré des récits du poète arabe du 14e siècle, " Rihla " ne laisse qu'entrevoir l'univers multiple qui traverse une culture dont nous savons peu.
1988 " L'AUBE DES TRANSPARENCES " A RETROUVÉ EMILE VERHAEREN. La vie et l'oeuvre du poète belge remise en nos mémoires.
1988 AUTOUR DE GOMBROWICZ. " Appel à témoin ", laisse éclater " l'anarchie instinctive " de l'écrivain polonais.
1988 TABLEAUX NOIRS. "La foi, l'amour, l'espérance" plonge au coeur d'une fable tragique: Elisa, de la vie à la morgue. Avec esthétisme.
1987 ARISTOPHANE, FEMMES, FEMMES... Une "Lysistrata" à peine corrigée, revue en pastels coquins. Joyeusement féminin
1987 LES TABLEAUX DE LABEAU. "Bredouille" ou les fragments d'un discours quotidien.

Nouvelle recherche :



44 articles de presse