Banner Image 1
Banner Image 2
Banner Image 3
Banner Image 5
Banner Image 6
Banner Image 7
Banner Image 8
Banner Image 4
PROGRAMME
16   mars   > 4   avril   2020
TROIS POUR CENT SAUVAGES
Rachel Simonin

23   mars   > 4   avril   2020
QUAND L’OBSCURITÉ SE POSE SUR NOUS LA NUIT UNE BRISE DE BEAUTÉ SE LÈVE - ETUDES DE NUIT
Bastien Mignot

30   mars   > 24   avril   2020
LE GRAND SAUT (TITRE PROVISOIRE)
Julie Gouju

2   avril   2020
BASTIEN MIGNOT

2   avril   2020
RACHEL SIMONIN

3   avril   2020
RACHEL SIMONIN

22   avril   2020
APNÉE
Rémi Pons

23   avril   2020
JULIE GOUJU

27   avril   > 1   mai   2020
MODULE DRAMATURGIQUE AVEC CAMILLE LOUIS

27   avril   > 2   mai   2020
COCHEMAR
Consolate Sipérius

29   avril   2020
L'OURS KINTSUGI
Victoire de Changy & Marine Schneider

4   > 16   mai   2020
LÉGENDE
Lorenzo De Angelis

14   mai   2020
LORENZO DE ANGELIS

15   mai   2020
LORENZO DE ANGELIS

20   mai   2020
TOU•TE•S NU•E•S ET TOU•TE•S BRONZÉ•E•S

1   > 27   juin   2020
MEDIARE
Flore Herman

1   > 27   juin   2020
COCHEMAR
Consolate Sipérius

10   juin   2020
PENSER/COPIER/CLASSER/COLLER
Pauline Allié & Maud Marique

26   juin   2020
CONSOLATE SIPÉRIUS


Lettre d'information
Votre Email:

3   > 22   février   2020
RDC :
J. J. / PAULINE LE BOULBA

Travaillant depuis plusieurs années sur la notion de critique affectée en danse, j’imagine des pièces comme des réponses à des danses vues. Pour ce nouveau projet, intitulé J. J., il m’importe de revenir sur la figure de Jill Johnston (1929-2010), critique de danse dans les années 1960 à New York et activiste féministe lesbienne. À travers le recours au remake, au montage et aux procédés anachroniques, la résidence me permettra, avec la collaboration de l’artiste-chercheure Aminata Labor, de concevoir une première cartographie des gestes de Jill Johnston. En partant de documents d’archives et de la fabrication de nouveaux matériaux, nous effectuerons une relecture de ses vies sous un prisme fictionnel. Pendant ce premier temps de création à Bruxelles, nous souhaiterions partager nos avancées et nos réflexions avec les communautés LGBTQI+ de la région et tou·te·s celleux qui ont un intérêt pour une approche féministe et queer de l’histoire de l’art.

 

 

Pauline Le Boulba développe entre 2013 et 2019 une recherche-création au département Danse de Paris 8 et soutient, en octobre 2019, une thèse intitulée « Les bords de l’œuvre. Réceptions performées et critiques affectées en danse ».  Son travail s’inscrit dans une réflexion autour des discours sur/de la danse et tente de proposer de nouvelles manières de regarder les oeuvres, de dialoguer avec elles, de danser depuis elles. Mêlant dans ses pièces texte projeté, prise de parole parlée et chantée, partition gestuelle et documents vidéo, elle fabrique un agencement de ces différents médiums pour inventer une langue sensible et poétique. Envisageant les oeuvres des autres comme des bords depuis lesquels il est possible de s’appuyer et de délirer, elle s’attache à restituer au plateau une histoire de la danse depuis le point de vue d’une spectatrice-performeuse. Nourrissant un intérêt pour l’histoire des luttes LGBTQI+ et les récits minoritaires, elle combine savoirs théoriques et savoirs populaires, descriptions de gestes et rap, documentaire et fiction. Elle a crée La langue brisée - un projet constitué de trois solos (2015-2017) comme trois réponses à des danses vues. Elle crée en juin 2019 un nouveau solo, Ôno-Sensation, qui porte sur sa réception d’Admiring La Argentina de Kazuo Ôno (1977). Elle travaille actuellement sur un projet autour de la critique de danse et activiste féministe lesbienne Jill Johnston (1929-2010) qui verra le jour en 2021 et déploiera un objet éditorial, des films et un spectacle.

Son travail a été présenté au Centre National de la Danse (Pantin), à la Ménagerie de Verre et au Théâtre de la Cité Internationale à Paris, au Centre d’Art de Brest - Passerelle ou encore dans le cadre du festival NEXT. Elle est régulièrement sollicitée en tant que dramaturge pour des créations : Ecce (H)omo de Pol Pi (2017), La Caresse du Coma d’Anne Lise Le Gac (2018), Savušun de Sorour Darabi (2018), Belles plantes de Jeanne Moynot et Anne-Sophie Turion (2019). Elle intervient à l’Université Paris 8 ou auprès des étudiant·e·s de la formation Exerce au Centre Chorégraphique de Montpellier. Elle fait partie d’un groupe de rap amateurrr La flemme et milite auprès de plusieurs collectifs.

Aminata Labor est performeuse et chercheuse. D’abord tournée vers les arts graphiques sous le pseudo Arg, elle s’initie pendant deux ans au théâtre avec l’acteur et chorégraphe Orazio Massaro. En parallèle, elle mène un travail de recherche universitaire, au département Danse de l’université Paris 8, autour des questions d’affects en manifestations qu’elle articule avec un travail de création. Elle crée F.V.V.V avec Louise Buléon Kayser en 2018 au Centre d’Art La Terrasse de Nanterre. Elle participe à plusieurs projets dont Alter et Mézigue de Fallon Mayanja et joue dans le film de la réalisatrice Camille Dumond (Haro, 2018). Plus récemment, elle collabore avec Soto Labor pour la performance Lunettes Modernesprésentée au Musée des Beaux-Arts de Rennes en septembre 2019. En 2020, elle accompagne l’artiste Pauline Le Boulba pour J.J., une recherche consacrée à Jill Johnston. Ensemble, elles ont aussi crée un groupe de rap féministe « La flemme ».

 

 

Lydia Amarouche vit à Paris et travaille à Aubervilliers. Le cœur de sa pratique repose dans les recherches linguistiques et sociologiques, avec un intérêt particulier pour les questions dé-coloniales. Elle a obtenu un master en Sociologie, Anthropologie et Histoire à l'École Normale Supérieure en 2016, et y a animé Trajectoires, une émission radiophonique de critiques et d'entretiens. Également spécialisée dans l'étude d'archives, elle est chargée des publics et du fonds documentaire aux Laboratoires d'Aubervilliers depuis septembre 2018. Elle y développe et y coordonne plusieurs projets, notamment le programme IMAGINE, qui interroge politiquement les notions de soin et de sororité. Elle réalise régulièrement des objets sonores et audiovisuels pour la Mosaïque des Lexiques. En 2020, elle rejoint Pauline Le Boulba et Aminata Labor pour une recherche autour de l'activiste lesbienne Jill Johnston.

CE QU'EN DIT LA PRESSE
MARS 2015

- Personnalités
- Spectacles
- Cies, théâtres, lieux
- Politique culturelle
- Nominations, festivals, formation, prix, autres arts, et encore...

ARCHIVES

CENTRE DE DOCUMENTATION THÉÂTRE
- Intervenants
- Spectacles
- Lieux de représentations
- Festivals
- Compagnies belges
- Guide d'adresses

SAISON THÉÂTRALE 13-14
Les intervenants
- Comédiens
- Auteurs
- Metteurs en scène
- Scénographes

Dans les théâtres de Bruxelles et Wallonie, ce soir...


liste détaillée: ici

AU THÉÂTRE CE SOIR
(Bruxelles et Wallonie)

ACCORDS PARFAITS
THÉÂTRE ROYAL DES GALERIES

ADN
TTO - THÉÂTRE DE LA TOISON D'OR

LE BENSHI D'ANGERS
THÉÂTRE NATIONAL - WALLONIE-BRUXELLES

LA BRÈCHE
LE BOSON

LES CAPRICES DE MARIANNE
THÉÂTRE ROYAL DU PARC

COUP DE GRÂCE
THÉÂTRE LE PUBLIC

LE CV DE DIEU
THÉÂTRE JEAN VILAR

DÉCRIS-RAVAGE
THÉÂTRE OCÉAN NORD

LE DERNIER AMI
THÉÂTRE DES MARTYRS

HIER EST UN AUTRE JOUR
CENTRE CULTUREL D'OTTIGNIES-LOUVAIN-LA-NEUVE

MAISON RENARD
MAISON FOLIE

MONSIEUR OPTIMISTE
THÉÂTRE LE PUBLIC

LA MUSICA DEUXIÈME
THÉÂTRE DES MARTYRS

ON VA BÂTIR UNE ÎLE ET ÉLEVER DES PALMIERS
THÉÂTRE DE LA VIE

PARCELLES
LES RICHES-CLAIRES +> ANCIENNEMENT CENTRE CULTUREL DES RICHES-CLAIRES

RIDICULES TÉNÈBRES
THÉÂTRE DE POCHE

SABORDAGE
THÉÂTRE ROYAL DE NAMUR

TAKING CARE OF BABY
THÉÂTRE LE PUBLIC

VINCI AVAIT RAISON
LES RICHES-CLAIRES +> ANCIENNEMENT CENTRE CULTUREL DES RICHES-CLAIRES