La Bellone

30/09/2020
18:00 > 21:00
Visuel © Clément Masurier

Les I Am Worried se font écho des problématiques traversées par les habitant·e·s de Bruxelles durant et juste après la pandémie. Conduites par des artistes et/ou militant·e·s, ces séances de trois heures ouvrent à la discussion et au partage de nos expériences.

Cette cinquième et dernière séance «Écoles biaisées, réactions situées» sera conduite par Loraine Furter et Emmanuelle Nsunda.

Les discriminations à tous les niveaux d'enseignement commencent dès les premiers jours de scolarisation et impactent durablement les trajectoires des personnes issues des minorités. Les femmes racisées sont particulièrement touchées et pourtant, elles peinent encore à trouver une audience pour partager leurs vécus.

À partir de faits et de témoignages, nous construirons ensemble une discussion (participative) où chacun.e pourra situer son implication dans les mécanismes discriminants et identifier les actions quotidiennes pouvant mener à une émancipation collective de ces modèles.

Emmanuelle Nsunda

Conservatrice/Restauratrice d’œuvres d’art et archéomètre de formation, Emmanuelle Nsunda est également spécialisée dans l’étude du patrimoine culturel immatériel. Les compétences réunies durant ses études et diverses expériences professionnelles lui permettent de mettre en relation les dimensions matérielles et immatérielles des œuvres d'art. Récemment, elle ouvre son champ de recherche en y ajoutant une perspective décoloniale en interrogeant la déontologie de la conservation/restauration et la pédagogie des arts dans les écoles d'art belges.

En 2017 elle lance le projet Afrofeminism in progress visant à créer des espaces safe de discussion autour du vécu des femmes afrodescendantes et des rapports de dominations qui régissent leur quotidien. Elle navigue à travers divers espaces culturels belges où elle donne des ateliers et formations sur les privilèges mais aussi propose des ateliers en non-mixité pour les femmes afrodescendantes.

Loraine Furter

Loraine Furter est une graphiste et chercheuse basée à Bruxelles, spécialisée dans l’édition hybride (publications papier et numériques), la recherche en design graphique et les projets féminixstes intersectionnels. Loraine enseigne et travaille au sein de différentes constellations de personnes, de collectifs et de structures. Elle enseigne à Sint Lucas à Anvers, à l’Académie royale des Beaux-Arts et à l’école de recherche graphique à Bruxelles, où elle fait partie du groupe de réflection Teaching to transgress. Avec le collectif cyberféministe Just for the record, elle travaille sur les façons dont l’histoire s’écrit, s’encode, se murmure, se chante, se crie… Depuis 2017, elle a rejoint l’équipe d’organisation et de programmation du festival de graphisme Fig. à Liège. En parallèle et en lien avec ces activités, Loraine mène un projet de recherche intitulé Speaking Volumes, portant sur des publications féministes, entre art et activisme. D’abord indépendant, ce projet devenu en 2019 un projet de doctorat à Sint Lucas à Anvers.

Réservations

02 513 33 33 
Réservation souhaitée